Sois gentil(le), finis ton assiette !

ETC COACHING

Outre le fait que cette phrase soit incorrecte, seuls quelques spécimens sont capables de manger du verre, de la porcelaine ou autre matériau composite, elle est surtout porteuse de multiples maux qui peuvent pourrir la vie de vos enfants et des futurs adultes qu’ils deviendront.

En effet, « Fais plaisir à maman, finis ta soupe » laisse supposer que l’enfant peut rendre sa mère heureuse en mangeant- même s’il n’a pas faim, plus faim ou hypothèse recevable, la soupe n’est pas bonne.

Voilà qui nous éloigne de l’apprentissage du goût – il est intéressant de découvrir de nouvelles saveurs même en très petites quantités, de la satisfaction de nos besoins et de la sensation de satiété.

De plus, quel lien y-a-t-il entre le fait de finir son assiette et d’être gentil ?

Si ça se trouve de nombreux tyrans ont toujours fini leur assiette et pourtant…

Comme si ça ne suffisait pas, cette petite phrase porte en elle le germe puissant de la culpabilisation.

Il y en a une particulièrement terrible : « … pense à tous les enfants qui ne mangent pas à leur faim ».

Celle-ci est bien aussi : « Vous prendrez bien une part de tarte, je l’ai faite spécialement pour vous, je sais que vous l’aimez ! »

Combien d’adultes continuent à prendre de la tarte et même deux parts alors que vraiment ils n’ont plus faim. Ça se retrouve au boulot où ils acceptent de traiter tel dossier le soir tard car ils sont tellement sympas et que leur N+1 serait tellement déçu.

Il est bien sûr très sympathique de rendre service, de faire plaisir aux autres si on le fait- dixit Marshall Rosenberg- « willingly », c’est-à-dire volontiers, porté par un élan du cœur. Mais si on accède à la demande de l’autre pour être aimé ou par peur de ne plus l’être, nous lui donnons un pouvoir incroyable, celui de décider si nous sommes aimables ou non et de nous porter un amour conditionnel, par exemple : « je t’aime si tu finis tes devoirs, si tu ranges ta chambre ou si tu descends les poubelles ».

Des formules en apparence anodine mais qui peuvent nuire à l’estime de soi, à la confiance en soi et à l’affirmation de soi.