Avis de vents contraires

VENTS CONTRAIRES, etc coaching

Le monde actuel nous invite voire nous oblige à changer : de métier, de mode de vie, de mentalité…

Nous pouvons aussi à titre individuel avoir envie de modifier des choses dans notre vie ou souhaiter nous réaliser autrement.

Pourquoi est-il si difficile de bouger alors que nous ressentons que cela nous serait bénéfique ?

Tout commence dans la vie intra-utérine et au moment de notre naissance.

Nous passons d’un monde sécurisant, prévisible sur le plan physiologique – pénombre, température constante, pas de cycle jour/nuit, temps circulaire, nourriture en continu – à un environnement qui ne l’est pas du tout au moment de la naissance, bruits, aveuglement, respiration par les poumons, frustrations car ceux qui prennent soin de nous ne sont pas tout le temps là. L’inconscient va déduire de cet événement que le changement est dangereux.

Imaginons que nous nous soyons bien remis du traumatisme de notre naissance, plusieurs possibilités s’offrent à nous ultérieurement.

Nous suivons les règles du jeu à la maison, à l’école et nous obtenons un diplôme qui nous conduit à exercer un « bon » métier dans un secteur où il y a des débouchés et/ou de la sécurité de l’emploi. Nous avons « le vent dans le dos », un vent apprécié des cyclistes qui nous amène à « pédaler »avec fluidité jusqu’à notre destination.

Nous pouvons aussi même si le chemin est difficile, que notre entourage est hostile à notre projet, lutter contre vents et marées et nous nous sentons comme aspirés par une force qui nous conduit à réaliser notre vocation envers et contre tout.

Il se peut aussi qu’il n’y ait pas de vent favorable ou qu’il tourbillonne de tous côtés et nous voici dans une forme d’errance pour trouver ce pour quoi nous sommes faits.

Face à l’adversité, nous pouvons prendre conscience des mouvements contraires qui nous animent :

ceux qui nous aimantent

Nous pouvons être irrésistiblement attirés par l’apprentissage d’une langue, la découverte d’un pays, d’un mode de vie, par quelque chose qui nous plaît mais qui n’est pas nécessairement lié à un objectif concret en terme professionnel.

ceux qui nous poussent

Nous pouvons avoir été fortement incités à opter pour tel métier par notre environnement familial : « Dans la famille, nous sommes ingénieurs de père en fils, et même, plus récemment de père en fille » ! – et pour autant ne pas nous sentir bien dans cette fonction.

ceux qui nous retiennent

Nous pouvons aussi être freinés dans nos élans de changement et de réalisation personnelle et professionnelle par :

  • nos croyances limitantes, « chez nous, nous ne sommes pas littéraires, matheux ou créatifs », selon le contexte. Mais aussi des « je ne suis pas capable de », « c’est impossible » etc…
  • des prises de conscience, nous n’avons plus envie de continuer notre vie en mode « faire » et « avoir » et avons besoin « d’être » davantage.
  • des « couacs » entre notre mental, notre émotionnel et notre physique. Le mental nous dit : « Vas-y, fonce », « Tu peux le faire », le corps est épuisé et ne veut plus suivre, ou encore nous avons « tout pour être heureux » et en fait « non ».

Il y a fort heureusement des moments de mer belle à peu agitée qui peuvent être des occasions de réfléchir à ces 3 mouvements contraires et parfois contrariants pour ne pas perdre de vue notre but lui aussi dans ses 3 dimensions, la direction, la signification et le sens que nous voulons donner à notre vie. Nous comprenons donc pourquoi il est difficile de changer, que ce n’est pas par manque de courage, de ténacité ou de volonté, mais qu’il convient d’apprendre à naviguer en sachant combiner ce qui nous appelle, ce qui nous pousse et ce qui nous retient. Une valse à 3 temps parfois chaotique mais qui est une danse avant tout !